Etapes 38 & 39: Entre mer et montagne, civilisation et vie sauvage.

Il n’y a pas à dire dans un gros camping comme celui d’Umeå les boules quiès ne sont pas inutiles. Beaucoup de bruits d’enfants qui pleurent ou jouent et les gens qui vont se coucher à point d’heure… En se faisant cette réflexion nous nous rendons compte que pendant ce genre de voyages on apprécie le calme pour récupérer de la journée.
Mais devoir dormir avec masque pour la lumière, des boules quiès, dans un duvet et sur un matelas au confort précaire commence à peser au bout de 1 mois et demi… On rêve du confort de la maison et d’un bon repas autour d’une grande table…
Stop !
Je me fais du mal…
Encore deux semaines et nous comptons bien les boucler comme il se doit.

Suite donc à cette nuit à Umeå nous prenons, jeudi 21 juillet, la direction du nord pour Bursträk. L’étape s’annonce simple: il faut suivre une unique route pendant 98km et ne traverser qu’un seul village. Vois allez dire qu’on se plaint tout le temps mais ce type de sortie peut se révéler très monotone.Après une matinée à bon rythme nous trouvons un bord d’étang bien aménagé. Installés sur un ponton nous dégustons notre habituel repas de midi. Depuis Marseille le menu est inchangé: tomate, sandwich au jambon puis fruit.On jette nos détritus à la poubelle et nous repartons !..
Poubelle ? En pleine nature ?
Hé oui ici même les étendues sauvages en sont équipées. Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver aussi des toilettes au détour d’un bois…

Un exemple de ligne droite suédoise!

En arrivant à destination nous sommes contents de voir que, certes de petite taille, Burträsk a quand même tout ce qu’il faut et principalement un bon supermarché. En même temps c’est sûrement le seul à 50km à la ronde. Les locaux sont épatés de voir passer des touristes de notre calibre et nous le font savoir. C’est amusant mais il est difficile de passer inaperçu lorsque l’on se promène en cycliste 😉

Le centre ville de Bursträsk et un village reconstitué.

Nous finirons la journée en admirant un très (très) lent couché de soleil accompagné du classique pâtes et poulet: au top !

Pour la route, c’est ici.

Vendredi 22, nous partons de Burträsk pour une étape assez courte de 70-80 kms. Nous avons cependant une ville importante à traverser, Skellefteå située sur la cote de la Baltique. Nous roulons tranquillement la matinée sur la même route que la veille, plutôt agréable. Quelques changements sont à noter dans le paysage. Les grandes forêts sont toujours là, mais les sous-bois sont plus clairsemés et le sol devient sablonneux. Le paysage rappelle par moment les landes avec de grands pins qui contrastent avec le jaune du sable. Après une quarantaine de kilomètres nous atteignons Skellefteå. Nous traversons un pont duquel nous apercevons un grand jet d’eau.La ville est, comme en Allemagne, organisée autour d’une grande rue commerçante. Nous la traversons en quête d’un endroit sympathique où déjeuner et trouvons un banc parfait pour voir les gens passer et pointer du doigt les traits caractéristiques des citadins suédois. Beaucoup d’enfants, un parc automobile assez ancien rempli d’américaines et une tendance à l’embonpoint des habitants en sont quelques exemples.

Nous voilà rassasiés et nous décidons d’aller visiter le musée de la ville afin de nous imprégner de la culture locale. Nous rentrons dans un grand bâtiment où nous découvrons des jouets pour enfants et autres tableaux de lapins et de cochons. Dans une autre salle c’est une mini expo de photos d’enfants visant à confondre les genres (assez réussie). À l’étage nous rencontrons des étudiants qui regardent une vidéo. Toujours pas de musée sur l’histoire du nord de la Suède. Le lieu est en fait plus un regroupement d’expositions temporaires de la ville qu’un musée permanent. Mais l’ambiance y est bonne à l’image d’une université avec un bon nombre de jeunes gens dans l’établissement.Il est maintenant temps de rejoindre Byske. La route fut compliquée. En effet seule l’autoroute mène directement là-bas. Nous nous trouvons à tournicoter autour de celle-ci et nous arrivons sur place après 45 kms sur les 30 prévus initialement et surtout 10 kms de chemins de terre.

A noter cette jolie église de campagne ainsi qu’une nouvelle scierie que nous croisons. Ici le commerce du bois marche à plein régime. Nous sommes perpétuellement doublés par des camions vides qui filent vers le nord et d’autres remplis de bois qui descendent lorsque nous prenons les axes principaux.

Nous entrons donc dans une petite ville hyper animée avec un vide grenier sur toute la rue centrale. Il fait très chaud et beau, nous faisons nos courses pour le soir et nous nous dirigeons vers le camping 5 étoiles de Byske! Encore une usine mais le soleil est de la partie et nous allons nous baigner sur la plage avec en prime une vue lointaine sur la Finlande!

Les couleurs sont magnifiques, l’eau est bonne et c’est une douce soirée d’été que nous avons pu passer là-bas.

Cliquez ici pour voir notre route.

Publié dans Suède | 4 commentaires

Vidéo au cercle polaire, ou presque !

Voilà quelques images prises hier soir à Overkalix. Nous nous excusons pour la qualité, l’iPhone n’est pas le meilleur des camescopes!

Aujourd’hui nous nous sommes installés à Overtornea pour y passer 2 nuits et prendre un jour de pause. Et à part les moucherons et moustiques qui s’acharnent, tout va bien 🙂

Suivez le lien pour voir la vidéo. http://vimeo.com/26913539

Publié dans Suède | 8 commentaires

Pause ?… Non, étape 37 vers Umeå.

Cela fait déjà 5 jours que nous n’avons pas donné de nouvelles. Pas que nous ne pensions pas à vous tous qui nous suivez, bien au contraire, mais les points pour se connecter se font de plus en plus désirés et nous n’avons pas toujours le temps de nous arrêter dans une ville pour chercher un ordinateur… La route est une petite impatiente 🙂
Nous sommes désormais à Overkalix, à 30km du cercle polaire et nous profitons d’une petite journée et de la pluie pour vous écrire le résumé de notre dernière journée de pause.

Mercredi 20 juillet nous changeons légèrement nos plans en ce qui concerne notre journée de pause à Vännäs. Il apparaît en effet plus simple d’effectuer la route pour Umeå, ce qui nous évitera de prendre des chemins en terre par la suite. De plus nous ne résistons pas à l’envie d’aller découvrir la ville qui est une étape psychologique de notre voyage. Cette ville de 110 000 habitants est une des principales au nord du pays. La population y est très jeune grâce à son importante université et coupe totalement avec les étendues sauvages qui l’entourent.
Avant notre départ nous regardions ce nom évocateur sur la carte avec envie…
Tu imagines quand on sera là bas ??
Eh bien maintenant c’est fait! Nous prenons donc la route pour une quarantaine de kilomètres où nous traversons une superbe rivière qui nous donne des envies aquatiques. Le soleil et la chaleur sont également de la partie et on retrouve les joies d’un grand ciel bleu avec bonheur. Il faut quand même entretenir nos marques de bronzage 🙂

Nous entrons dans la ville avant midi par une banlieue résidentielle assez chic où l’on pressent le dynamisme économique de la ville. Nous arrivons dans un centre ville très animé où des groupes de jeunes gens jouent de la musique.

La rue principale est pleine de commerces et les habitants profitent de cette journée estivale pour aller se promener.

L’église d’Umeå

Affamés nous déjeunons dans un Max, c’est le fast food local. On allait quand même pas manquer ça et on a d’ailleurs eu de bonnes surprises gustatives!

Nous continuons notre tour en direction de la mer. Umeå n’est pas directement sur la Baltique mais un estuaire permet tout de même à la ville de profiter d’une activité maritime. Une traversée est d’ailleurs possible en direction de Vasaa en Finlande. Nous tombons sur un parc donnant sur l’estuaire où les gens bronzent et déjeunent. Ça donne envie!La ville est comme toutes celles que l’on a croisé en Suède. Les bâtiments sont récents et l’histoire des lieux l’est également. Nous suivons tout de même les panneaux indiquant la vieille ville et tombons sur un village reconstitué nous présentant le mode de vie historique dans le grand nord avec ses traditions d’élevage et d’exploitation des forêts.

Nous rejoignons le camping en milieu d’après-midi pour aller profiter de la plage. Nous sommes stupéfaits par la taille du camping plus proche de l’usine que du centre de vacances, mais nous trouvons un coin presque tranquille dans la cuisine pour passer la soirée et préparer notre route vers le nord.

Retrouvez notre route ici.

Publié dans Suède | 1 commentaire

Etapes 35 & 36: On aurait du emmener nos VTT!

Nous quittons le camping d’Överhörnäs et rejoignons la ville d’Örnsköldsvik toute proche afin de trouver une connexion internet avant de nous aventurer dans les terres magnifiques mais isolées de la Suède.
Nous pensions découvrir une ville maritime en entrant dans Örnsköldsvik mais c’est en fait plus une station de ski.En effet trois grands tremplins de saut à ski surplombent la ville et lui donnent une atmosphère particulière.On dirait que l’activité d’Örnsköldsvik a été développée pour accueillir de grandes compétitions sportives. Les bâtiments sont récents et l’accueil pour les touristes est bien organisé avec un centre d’information et une bibliothèque bien équipée. Nous y déjeunerons d’ailleurs avant de reprendre la route en début d’après-midi en direction de Trehörningsjo notre destination de la journée. Après quelques détours pour sortir de la ville, nous roulons tranquillement entre lacs, champs et collines. Nous sourions en apercevant un double poney tout emmitouflé dans un grand voile qui n’est ni le premier ni le dernier de notre voyage en Suède. Nous ignorions jusqu’alors que les chevaux s’étaient accoutumés au port de la burka dans ces contrées nordiques.En milieu d’après- midi, c’est la ville de Björna que nous traversons. Celle-ci se classe facilement dans notre top five des endroits les plus perdus que nous avons traversés et le gris du ciel n’aide pas à inverser la tendance. On y fera nos courses au ICA (supermarché en Suède) tout en imaginant la vie sûrement paisible mais un peu ennuyeuse d’un habitant de cette ville. La suite du tracé est plus sauvage et nous retrouvons les grandes forêts de pins typiques.Le profil de la route est plus accidenté mais nous apprécions ces petits changements de rythme au cours de nos étapes. Nous passons au dessus d’une voie de chemin de fer isolée en pleine nature qui court dans la forêt et nous relie à la civilisation. Ceci a un côté surréaliste!Arrivés à Trehörningsjö petit village au bord d’un lac, nous irons nous installer au camping où nous serons témoins toute la nuit d’un véritable déluge qui mit l’étanchéité de notre tente à rude épreuve…

Cliquez ici pour voir où nous étions.

Depuis notre départ nous avons été confrontés à un phénomène surprenant s’abattant sur les cyclotouristes: la malédiction de l’étape courte !
Lorsque nous avons une grosse journée nous trouvons immédiatement la route et rien ne nous empêche de faire nos kilomètres. A 10 près, le compteur tombe juste. Mais chaque fois que nous prévoyons de faire une distance inférieure à 80km: tout part de travers !
Ce mardi n’a pas dérogé à la règle, au contraire…

La route prise la veille était, sur la carte, de taille correcte mais fait partie de celles qui, même avec une carte suédoise, peuvent se révéler être d’un revêtement en terre. Jusqu’à Trehörningsjo tout s’est donc déroulé sans soucis. Mais au matin la route qui continuait vers le nord-est est vite devenue de la terre. Ce qui veut dire pour nous, changement de direction ou réduction de la vitesse de 25km/h de moyenne à 15km/h. Dans ce cas les distances sont beaucoup plus longues 😦L’avantage de tout ça est que nous avons vu de très beaux paysages et villages isolés. L’inconvénient c’est qu’en tentant de rejoindre une route praticable nous nous sommes arrêtés pour manger avec 50 km de faits dont 30 sur terre et encore 45 devant nous à cause de nombreux détours… Difficile à encaisser pour une journée qui devait faire 65km.La particularité de la région que nous quittions est qu’elle fait partie de ce que les suédois appellent les Hautes Côtes. Allant de Sundsvall au nord de Örnsköldsvik elle est prisée des touristes car la montagne, ou du moins ces collines abruptes, sont au contact de la mer. Après avoir encaissés pas mal de dénivelé ces derniers jours nous l’avons quitté lors d’une descente rapide offrant une vue imprenable sur la plaine qui suivait, une plaine encore et toujours aussi boisée. Il semblerait qu’ici ce soit la constante !

En arrivant à Vännäs nous étions bien calmés par ce contre temps mais, toutefois, bien contents d’avoir profité du soleil et surtout de retrouver une bonne douche fraiche.
Pour ce qui est de notre petite soirée de détente prévue comme d’habitude avant un jour de pause, elle a, elle, légèrement pris l’eau. Vännäs n’est pas une petite ville pour la région mais on y trouve que 2 supermarchés, 1 magasin de vélo, 2 cafés et 3 restaurant… Pas de quoi se changer les idées!
Au moins en France dans chaque village on a un joli petit PMU pour déguster quelques grandes bières fraiches 🙂

A noter que, encore une fois Vännäs a profité de 2 ou 3 collines pour implanter une station de ski. C’est donc avec plaisir que nous avons retrouvé un magasin d’équipement de ski alpin et de vélo très bien fourni. Habituellement les autochtones ne mises pas vraiment sur le cyclisme de route ou le ski de descente. Sûrement à cause du relief relativement plat mais à l’inverse d’un enneigement important, tous sont fondeurs! En hiver cela va de soit de faire du ski de fond. Mais même l’été ils déambulent dans les rues avec des skis de fonds à roulettes: c’est très drôle. En France il n’y a que dans les Alpes qu’on voit cela, et encore, pas souvent.

Suivez le lien pour voir notre route.

Publié dans Suède | 6 commentaires

Vidéo en direct du fin fond de la Suède

Il est désormais de plus en plus rare de tomber sur un endroit où nous pouvons taper nos articles et surtout mettre en ligne nos photos… Les villes dignes de ce nom sont de plus en plus éloignées: ça sent le sapin 😉

On était lundi soir dans un tout petit village appelé Trehörningsjo, mardi on a beaucoup peiné pour rejoindre Vännäs avec 95km au compteur au lieu de 60 car on s’est fait piégés par des routes en terre. Mercredi on a pris un jour de pause en faisant seulement 40km pour rejoindre Umeå: une très belle ville proche de la mer Baltique. Et aujourd’hui nous sommes à Burträsk.
Dans l’ensemble la météo est bonne et le moral aussi !

On vous laisse apprécier la vidéo prise ce soir en allant sur cette adresse web http://vimeo.com/26727983

Publié dans Suède | 9 commentaires

A chacun son Église!

Vous avez sûrement reçu un article équivalent hier. En faisant une fausse manip’ nous avons publié ce post sans le relire… Désormais c’est chose faite !

Sans partir dans un quelconque discours philosophique, ceci est juste un court article pour rapporter les différences entre les lieux de culte de chaque pays que nous avons pu voir.
En effet nous nous intéressons souvent aux églises et autres monuments religieux que nous croisons. Pas que nous soyons de parfaits chrétiens mais il est enrichissant de connaitre cet aspect d’une région qui apporte un éclairage culturel, artistique et historique au voyage. Dans tous les pays que nous avons vu nous avons donc tenté d’avoir un aperçu (certes rapide) des atmosphères créés pour se recueillir.

En France par exemple nous jonglons entre églises romanes et gothiques, plus ou moins flamboyantes mais les lieux de cultes sont souvent sombres et calmes. Le recueillement est proposé dans la pénombre.

En Allemagne nous avons trouvé des endroits en moyenne de tailles plus importantes. Leurs constructions sont souvent plus tardives et l’intérieur des monuments est en général plus lumineux. Cependant il est drôle de constater qu’à chaque entrée de village sont indiqués les horaires de la messe.

Au Danemark il nous est arrivé d’entrer dans une église. L’ambiance y était particulièrement austère et peu attirante. Le recueillement s’y fait, encore plus que chez nous, dans un calme (religieux?) remarquable. Nous sommes loin des messes créoles 😉

Mais parlons maintenant de la Suède, vous pourrez ensuite voir, ci après, les quelques photos que nous avons prises.
La façon d’orienter les églises, nous a, beaucoup surpris, en positif ! Elles sont certes très simples et datent majoritairement du XIXème siècle, donc ne passent pas souvent pour des œuvres d’art. Mais tout y est fait pour se sentir chez soit !
Autour de chaque église se trouve le cimetière. Il n’y a pas de barrière ni de hauts murs. Le gazon et les fleurs y sont superbement bien entretenus. Non loin également on trouve toujours une cabane avec des toilettes. Ils sont propres et gratuits. Mais le mieux se trouve au centre de tout ceci.

Les églises sont souvent blanches avec des reflets ocres. La toiture est habituellement sombre avec des pointes de vert foncé (du cuivre oxydé je suppose) et les flèches sont chapeautées de noir ou de doré: rien de clinquant. Comme vous pourrez le voir sur les photos plus bas, on est également tombés sur une église ronde… Ils défient toutes les normes que nous avons dans l’hexagone !
Pour ce qui est de l’intérieur, en rentrant on tombe sur un petit salon puis en poussant les portes et en faisant quelques pas on découvre un lieu clair, sans vitraux donc très lumineux. Les rangs et fauteuils sont agencés pour le confort du pèlerin et on trouve parfois un balcon ou des loges. On pourrait presque penser à une salle de concert !
Et pour couronner le tout il est même possible de se restaurer avec un café, thé ou quelques viennoiseries qui sont en libre service… Épatant 🙂

Publié dans Suède | 2 commentaires

Etapes 33 & 34: Comment se lasser de la Suède ?

Ha que c’est bon de renouer, après tant de jours à peu près tranquilles, avec cette petite humidité matinale!Il est 8h, nous sortons de la tente et apercevons à l’est des rideaux de pluie qui se rapprochent. Juste le temps de déjeuner et de tout ranger puis nous recevons les premières gouttes. Biens rodés face à ce genre de revers nous attendons que ça passe.
Les premiers kilomètres se font sur une route bien aménagée et roulante. Nous la quittons avec une bonne impression: les douleurs au genou sont présentent mais par intermittence seulement.
Pendant ce temps les nuages se dissipent. Nous ne prendrons d’ailleurs que quelques gouttes dans la journée mais rien de bien méchant.
A mi chemin nous avons plusieurs choix: faire un détour de 30km ou passer par une route… non goudronnée !
La forme du jour ne permet pas de s’écarter du programme. Heureusement pour nous elle est faite de terre bien dure sur un fond de gravier; nous pouvons donc nous permettre de continuer, mais à très petite allure…
(pour ceux qui veulent nous proposons désormais à la vente un fascicule intitulé Comment anéantir son vélo de route en 5km)Le trajet que nous empruntons est à l’inverse charmant et se faufile au milieu de bois ultra isolés.Nous nous rendrons compte plus tard que ceci est une étape du rallye de Suède, du moins nous le déduirons des rails de sécurité et tribunes longeant la route.Ces 30km de VTT bouclés nous finissons notre journée vers Kramfors. En arrivant sur place la piscine du camping nous tend les bras. Avec 20 degré et un ciel couvert nous déclinons l’invitation. 2 heures plus tard, le soleil s’étant dégagé, nous n’aurions pas su résister.
Finalement avec une nouvelle journée de 80 km nous reprenons le rythme timidement mais sûrement. Rien de mieux donc de finir par s’avachir dans un canapé à regarder les équipes de football féminin française et suédoise se fatiguer sur un terrain (c’était la petite finale de la coupe du monde que la France a perdu 2-1). Y’a pas à dire, à certains moments on déconnecte bien de la grande aventure vers le cap 😉

Dimanche 17 juillet, la lumière est déjà bien présente sur le camping de Kramfors. Au petit déjeuner!

En fait pas encore.
Il est 4h du matin et on entend encore la musique de la boite de nuit du coin.

En nous approchant du cercle polaire, on découvre de plus en plus cette lumière quasi permanente propre à ces régions septentrionales. Avec un masque pour dormir, on s’y fait plutôt bien.

Cette fois-ci il est bien 8h et le soleil réchauffe déjà la toile de tente. Nous quittons Kramfors pour rejoindre Örnsköldsvik situé à une centaine de kilomètres au nord est. Nous empruntons l’équivalent de grosses départementales chez nous. Mais ces routes sont variées et le trafic y est faible, surtout le dimanche matin. On bénéficie de très bonnes conditions d’asphaltes et surtout d’un superbe paysage.Nous roulons pendant une trentaine de kilomètres au bord d’une rivière sur du plat roulant.Nous ne tardons pas à nous arrêter dans une église blanche datant de la fin de du XIXème siècle. On est tout de suite frappés par la chaleur et la convivialité dégagée par l’endroit. C’est certes plus simple et moins charismatique qu’une église romane, mais c’est un lieu tout simplement accueillant. On note également le cimetière parfaitement entretenu autour de l’édifice. Magnifique!

Nous voilà repartis dans la nature sauvage et presque montagneuse! On enchaine en effet de belles cotes que Julien supporte bien. Ça a l’air d’aller mieux et ce n’est pas qu’une impression, notre moyenne rejoint les moyennes habituelles autour de 22 ou 23 km/h malgré le profil accidenté de l’étape. Le paysage est fantastique.Les sapins et les boulots forment une épaisse couche de végétation sur les montagnes tandis que lacs et marais apparaissent au détour d’un virage.

Nous profitons d’une superbe vue sur un lac pour déjeuner puis nous redémarrons notre route en espérant apercevoir un élan ou autre animal de la région. Peut être une prochaine fois…

Nous arrivons au camping, après presque 100kms de route, en forme et prêts à rejoindre notre but.

Ces 2 jours nous ont permis de retrouver un bon rythme de croisière. Les problèmes semblent se tasser et nous recommençons à espérer le Cap Nord…
Jusque là nous avons lutté contre nous même ou les éléments mais devoir subir un ralentissement contre lequel nous ne pouvions rien faire et qui pourrait être rédhibitoire fut très difficile.
D’un autre coté, et même si nous transmettons beaucoup les problèmes quotidiens, nous continuons de profiter au maximum de ce voyage. Jusque là, il est exceptionnel 🙂

Dans 1 semaine environ nous quitterons les cotes du golf de Botnie, la partie la plus septentrionale de la mer Baltique. Nous resterons une journée en Suède puis traverserons en Finlande au niveau du cercle polaire. C’est un nouveau palier significatif de notre périple.
Le cercle polaire est le point le plus méridional à partir duquel on peut voir le soleil de minuit et donc de vraies nuits blanches. Nous y serons un mois trop tard mais aurons peut être la chance d’assister à des aurores boréales !
Tout ça mêlé à la faune locale… La suite s’annonce palpitante.

Publié dans Suède | 8 commentaires

Etapes 31 & 32: On reprend la route!

Mercredi 13 juillet.
Rättvik était un endroit charmant mais il est quand même temps pour nous de quitter cette petite station de ski l’hiver, et station balnéaire l’été. Malheureusement le genou de Julien ne nous permet toujours pas de pédaler et c’est par les transports en commun que nous allons rejoindre Bollnäs. Au programme 1h de train puis successivement 1h50 et 30 minutes de bus. On est pratiquement plus rapide en vélo.

Nous profitons de ces quelques heures de voyage pour faire la sieste, lire et préparer un plan d’attaque pour la journée du lendemain. Nous arrivons a Bollnäs en début d’après midi. Nous commençons par rejoindre le camping où une jeune fille ultra dynamique nous sort de notre léthargie post transports. Au menu, visite de la cuisine et des sanitaires en tout bien tout honneur bien sûr. On installe notre tente avant d’aller visiter le petit village et sa rue commerçante. Rien d’inoubliable mais un petit café nous accueillera chaleureusement à l’heure du goûter.

On appelle ca la mouillette belge !

Nous avons ainsi pu gouter un gâteau typique, le Morotskaka, subtile alliance de cannelle et de carottes râpées.

Au soir, c’est une ambiance festive qui nous attend puisque l’équipe féminine de football suédoise rencontre le Japon en demi finale de la coupe du monde. Une petite soirée bien sympa avant de reprendre enfin la route le lendemain.

Bollnäs 8h du matin. Réveil des troupes, le soleil est au beau fixe, l’anti inflammatoire est appliqué, on est parti pour une journée de reprise tranquille en direction de Ljusdal situé a 70kms de nous.

C’est sur un train de sénateur que nous commençons a rouler. Il faut ménager le genou ce qui nous laisse le temps d’apprécier le paysage. Nous sommes heureux de retrouver la nature suédoise avec ses grands lacs et ses forêts. Les rayons de soleil éclairent les sous bois et nous rêvassons tout en roulant. En effet le vélo est un très bon moyen pour se perdre dans ses pensées; que c’est agréable d’avoir juste à admirer le paysage.

Soudain un « Hey » nous sort de notre hypnose végétale. Un jeune suédois en vélo nous rejoint. Il est parti une semaine plus tôt du sud de la Suède et remonte tout au nord de son beau pays. Nous allons rouler une trentaine de kilomètres avec lui en échangeant nos expériences dans la langue de Shakespeare. C’est aussi l’occasion pour nous de comparer notre matériel avec le sien. Il roule en VTT et une chose est sure, ça a l’air dur dans les cotes!

Finalement c’est bien ce genou, cela nous permet de rouler à la même vitesse que lui sans peur de prendre du retard. On pourrait même ajouter… avec Julien genou des liens… mais ce serait un peu osé 🙂
Ce voyage réserve vraiment de bonnes surprises!

Nous quittons notre acolyte de la journée vers midi et nous nous arrêtons pic niquer tranquillement dans un champ à une quinzaine de kilomètres de notre arrivée. Ljusdal nous ouvre ses portes en début d’après midi sous un beau soleil. Une plage peuplée se trouve sous le camping et nous sautons sur l’occasion pour aller bronzer et nous rafraichir. Un grand plaisir!

Le soir c’est grill party au camping, malheureusement pas de saucisses au menu. On restreindra pour cette fois nos appétits d’ogres avec un bilan mitigé.
Pour compenser nous irons faire un petit tour dans Ljusdal. Même si au premier abord, comme pas mal de villes perdues dans les forêts, elle ne présentait pas d’intérêts. En nous écartant de la rue principale et en suivant un panneau Gamla Stan (Vieille ville) nous sommes tombés sur un petit quartier plutôt sympathique.

Une journée de 70 ou 80 km, ok, mais ça fait toujours mal…

Le vendredi 15 juillet a été une étape plutôt originale de Ljusdal à Sundsvall. Sundsvall est d’ailleurs un port donnant sur la Baltique, cette fameuse mer que nous avons quitté à Göteborg. 120km séparent approximativement ces deux villes. Notre but était d’en faire une partie en vélo puis de finir en bus sur 40km et ainsi composer avec les problèmes physiques. Au final nous en ferons 85 en vélo et 80 en bus… Cherchez l’erreur !?!
Tout d’abord au niveau du temps ce n’était pas magnifique. D’épais nuages nous ont menacé toute la journée mais avec de la chance (et un peu de maitrise, on commence à adopter quelques réflexes lorsque le mauvais arrive) nous sommes restés presque secs !
La route que nous avions choisie devait, normalement, nous permettre de rejoindre la cote par des voies secondaires. Après 20 km, nous nous sommes rappelés malgré nous que les suédois n’ont pas pour habitude de goudronner toutes les routes !
En effet il semblerait que tous les axes principaux le soient mais les routes correspondant à des départementales chez nous, et sans pictogramme distinctif sur la carte, soient finalement laissées à l’état de chemin… Pour nos vélos pas question de passer la dessus !
Il a donc fallu changer de route et rallonger le tout de 10 bons kilomètres. Ajouter à cela un relief accidenté et vous achevez rapidement un jeune cycliste blessé.

En gardant le sourire, le paysage aidant, nous avons changé de cap: direction Delsbo. Cette petite ville est à 27km de Ljusdal au plus court. Grâce à notre manip’, nous l’avons rejoint en 65 😀
Beau lot de consolation tout de même, les massifs traversés. Notre itinéraire s’est dessiné entre de nombreuses collines boisées et parsemées de lacs et rivières. Vous allez sûrement nous dire que tout ressemble à ça dans nos descriptions et c’est un peu vrai. Mais impossible de s’en lasser, c’est magnifique !

À 13h, le temps de nous abriter sous l’arrêt de bus de Delsbo et il commençait à pleuvoir… C’était moins une !
En 2h de transport nous avons rejoint Sundsvall. Il était déjà 16h et le camping se situait à 15km plus au nord. Mais encore cette foutue envie de tout découvrir qui nous a poussé à en faire le tour. Ce bourg est plutôt de bonne taille, le centre ville est coloré et de nombreux bâtiments accrochent l’œil. La plupart sont très massifs mais donnent une belle impression d’ensemble.

Pour ce qui est du port, il navigue entre plaisance et industrie de manière malheureusement mal calculée.

Exposition de dragons dans les rues de Sundsvall. Celui ci nous a plu, il tient du vin et du jambon entre ses mains !

La fin de la journée nous permet de faire quelques kilomètres en bord de mer puis nous finirons de nous délasser dans le sauna du camping: le premier que nous croisons, et il s’est avéré bien efficace 🙂

Nous vous écrivons ceci de Ornsköldsvik. Après beaucoup de remise en question nous recommençons à rouler de manière plus régulière. Les douleurs s’estompent et de toute façon, il faut l’avouer, cette expérience reste totalement positive. Nous voyons chaque jour de nouvelles choses, sommes largement protégés de la routine et désormais nous approchons de la dernière ligne droite !

Publié dans Suède | 3 commentaires

Révision des 3000

Depuis notre dernier article de Rättvik, beaucoup de choses se sont passées, notre avancée s’est montrée hasardeuse et nous nous sommes posés de nombreuses questions… Nous avons également passé les 3000km depuis Marseille, au moins ça de positif.
Il est temps de faire le point !

L’origine de ce besoin: une blessure, une défaillance et l’incapacité de tenir nos engagements.
Ma douleur au genou est apparue lors de l’étape jusqu’à Uddeholm vendredi dernier. C’est une douleur que j’ai déjà eu et qui est due, selon le corps médical, à un frottement de la rotule sur la tête du fémur (partie haute de la rotule). Cette déformation trouve son origine dans un affaiblissement du tendon rotulien (en dessous de la rotule) suite à une intervention sur le ligament croisé antérieur datant de 2005. Normalement en arrêtant le sport 3-4 jours après l’apparition du problème, tout rentre dans l’ordre et je peux reprendre une activité normale.
Mais le repos en ce moment n’est pas vraiment une option. Samedi, malgré la douleur nous avons fait plus de 100km et j’ai su à l’arrivée que ça ne resterait pas impuni. J’avais du mal à marcher et le genou était chaud et gonflé… Nous avons tout de même arrêté de pédaler 4 jours: un jour de bus pour aller à Rättvik, 2 jour de repos sur place, 1 nouvelle journée de bus pour se rendre à Bollnäs mercredi… Soyons francs: on s’est emmerdés !
Et jeudi soir, avec seulement 80km au compteur en s’installant à Ljusdal la question n’était toujours pas réglée. Sans aller, cette fois-ci, en empirant, la douleur est bien présente et il est impossible de rouler à allure normale. Nous mettons donc beaucoup trop de temps à boucler nos journées… Et c’est réellement frustrant de ne pas pouvoir rouler alors que sinon nous sommes en forme et frais musculairement. Et je ne parle même pas de Arnaud qui doit encaisser ces changements alors qu’il n’a aucune limitation. C’est insupportable !
Il est clair que nous ne comptons pas bricoler avec des passages en bus jusqu’au Cap Nord. Nous ne le pouvons pas. Nous avons déjà mis notre orgueil de coté à 3 reprises et l’avons pris afin de rester dans les temps mais ça n’a aucun intérêt. Dans tous les cas la seule façon pour nous de profiter du voyage et prolonger notre découverte est de continuer à vélo, les jours à point fixe ne sont valables que si l’on peut visiter à pied et si l’on doit se reposer.

Nous n’envisageons pas de rentrer après tout ça… Il faut donc s’adapter et s’accrocher tant que c’est possible !

Il y a plusieurs aspects du voyage que nous devons remettre en question.
Le défi physique est à notre point de vu à écarter. Le fait de tenir pendant 5 semaines en faisant entre 90 et 120 km par jour malgré le dénivelé ou les intempéries a montré que la fatigue ne nous aurait pas. Depuis l’Allemagne d’ailleurs, le parcours est beaucoup plus reposant musculairement.
Mais il reste le voyage en lui même et les engagements que nous avons pris. Depuis que nous avons écarté les questions de forme, nous sentons tous les deux que ce périple est beaucoup plus que ça. Mais nous tenons toujours à découvrir le grand nord et surtout à le partager! A ne pas tout faire à vélo nous mettons notre orgueil de coté mais nous sommes toujours capable de tenter de transmettre à ceux qui nous entourent et nous soutiennent… En ce sens nous voulons tenir !

Désormais à Kramfors, après une nuit à Sundsvall et donc 2 autres journées de 80km nous y voyons légèrement plus clair. Le genou peut à priori permettre de faire de petites étapes 70-80 donc nous allons en profiter autant que possible. Nous avons réduit quelques journées mais il faudra que tout reparte dans quelques jours. Dans le cas inverse nous ne pourrons pas aller jusqu’au bout.
En somme nous cogitons donc beaucoup au lieu de forcer, en espérant que tout rentre dans l’ordre…
Le cap sera difficile à atteindre, il reste presque 1500km…

Encore un peu de patience et nous ferons le débriefing des 4 derniers jours… Ici les connexions internet ne courent pas les rues.

Publié dans Suède | 5 commentaires

Mardi 12 juillet… Jour de repos malgré nous !

Comme vous le supposez une nuit de repos n’a pas suffi à remettre dans l’axe un genou douloureux. Certes cela s’améliore et la marche ne pose pas de problème mais il y a toujours quelque chose qui coince et il est impossible de pédaler. Après réflexion, avoir serré les dents samedi pour relier Vansbro n’était surement pas une bonne idée et les douleurs seraient sûrement passés plus vite avec un repos immédiat… Mais on veut toujours en faire un peu plus ! Donc aujourd’hui, l’article pourrait être: Rien ! Mais on a quand même voulu vous donner quelques échos de notre vie suédoise. Ce matin nous avions envie de faire un peu d’activité physique. Deux jours sans pédaler ce n’est plus dans nos habitudes ! On a donc été à la base nautique la plus proche pour louer un canoë et découvrir le lac Siljan. A 10h30 nous étions dans l’eau et avions bien pensé à nous enduire de crème solaire, le soleil étant bien présent… A 11h nous regardons tout autour de nous de manière inquiète: nous sommes encerclés d’orages, qui, vu la fréquence des éclairs ne sont pas anodins… A 11h30 nous avons tant bien que mal accéléré le rythme pour rejoindre la plage la plus proche et nous mettre à l’abri… Décision judicieuse car aussitôt une tempête de grêle s’abat sur nous: heureusement qu’on n’est pas sur le vélo 🙂 Le reste de la journée sera calme. Après le déjeuner nous repartons nous promener dans la ville. L’ambiance est plus intense que la veille avec une fête foraine et des concerts dans la rue qui attirent quelques touristes.A noter un petit détour au musée des sciences du village et également notre premier passage dans un magasin d’État vendant de l’alcool.Ces magasins sont les seuls endroits où vous pouvez acheter de l’alcool (autre que la bière à 3,5%). Ce qui est amusant c’est que chaque produit est classé avec une étiquette sur sa provenance. On apprend beaucoup de choses! Pour nous pas question de nous détourner de notre régime sportif: seulement une petite bouteille de vin californien.Nous finissons tout ceci par un Mini Golf que Arnaud dominera du début à la fin avec une dextérité exemplaire!Ce soir c’est repos pour le genou avec l’espérance de repartir au plus vite. Nous ne sommes pas vraiment stressés car avons une journée d’avance mais nous aimerions tout de même reprendre la route, continuer de découvrir ce beau pays et que la pause ne soit donc pas éternelle!

Publié dans Suède | 4 commentaires