Etapes 48 & 49: Wheel vs Wild!

Cette fois, c’est la bonne !
Nous partons de Enontekiö lundi 1er et sommes prêts à laisser derrière nous la Finlande pour attaquer le dernier pays de notre périple. Extra !
Jusqu’à la frontière la route se passe sans embuche. Le parcours est relativement roulant et le paysage change doucement. Nous profitons des forêts finlandaises: toujours magnifiques, elles sont très colorées entre les sapins biens verts, le sol sablonneux et la mousse bleue verte qui se propage à de nombreux endroits.
Nous prendrons le temps d’immortaliser les marais qui sont très nombreux en Finlande. Ici presqu’aucun bord de route n’est fait de terre bien ferme…


Au détour d’un virage au kilomètre 37, la voilà, elle se dresse devant nous: la frontière !
C’est ici que prend fin l’espace Schengen. La Norvège n’en fait pas partie et il y a donc un poste frontière nous invitant à déclarer ce que nous pourrions transporter de particulier. Une énorme paire de cuisses ça passe ?Nous devrons également adopter la couronne norvégienne au détriment de l’Euro que nous étions heureux d’utiliser en Finlande.Le temps de digérer ce nouveau palier du voyage et nous reprenons le rythme.

Le relief s’est adouci. Nous avons abandonné les collines de Laponie et sommes désormais au milieu d’une immense plaine vêtue d’une végétation basse, une sorte de maquis. Au loin (très loin même) nous apercevons des montagnes qui semblent bien 500m plus haut que notre position. De temps en temps nous nous arrêtons pour prendre quelques photos, le calme est intense, presque troublant. Nous croiserons bien quelques voitures mais à part cela la nature se présente devant nous, immobile ! Les lacs sont encore nombreux et cassent par endroits les étendues.

Vers midi nous nous arrêterons pour manger. Le soleil est toujours présent et il est plus que nécessaire. En effet nous sentons bien que le Cap approche. La température peine à dépasser les 20 degrés, ici ce n’est pas la canicule tous les jours !

Arnaud regarde avec crainte le menu du jour. Nous voulions testé la charcuterie à base de renne… Pas très convaincant !

La route ne changera pas énormément jusqu’à Kautokeino, notre point de chute. Excepté en arrivant sur place. La ville est placée dans une sorte de petit canyon verdoyant. Elle est très petite mais nous trouverons tout de même un office du tourisme avec un ordinateur pour poster un article et un camping pour passer la nuit.L’endroit ne restera pas dans nos mémoires comme le plus agréable. Il se dégage de la ville une impression surréaliste. On comprend mal ce que font ces gens qui habitent aussi loin de tout: notre caractère citadin reprend légèrement le dessus.
Est ce le fait d’avoir passé 2 mois à dormir sur un petit matelas avec 1m30 pour deux, au plus prêt de la nature ?
Ou est ce les moustiques qui empêchent totalement de s’installer tranquillement dehors et qui rendent ce grand nord parfois hostile ?Mais les gens restent souvent accueillants et agréables. Ils ont le contact facile et sont intrigués par notre situation. On croisera d’ailleurs 3 cyclistes ce jour là. Ils étaient plus rares cette semaine, au milieu de ces contrées isolées, mais nous avons tout d’abord discuté avec un couple de finlandais qui prenaient 2 semaines pour découvrir (ou redécouvrir) le nord de leur pays et la Norvège. Étonnement ils avaient également des vélos de route mais voyageaient léger avec seulement 5kg… Ils peuvent se le permettre logeant à l’hôtel 😉
Nous avons également échangé quelques idées avec un cycliste suisse. Lui était parti de chez lui et avait relié le Cap par la Norvège. Il s’apprêtait ensuite à redescendre parmi les helvètes par la Finlande puis la Pologne. Nous l’avons regardé silencieux: 4 mois sur un vélo, c’est sacrément long !

Pour voir notre route, n’hésitez pas, cliquez ici.

Kautokeino, le 2 aout 2011, nous nous levons avec un beau ciel bleu pour rejoindre Mazé 60 kms plus au nord.Nous prenons la route dans un décors grandiose. La plaine gigantesque de la veille continue tandis que la végétation perd du terrain lorsque nous montons au nord. Le terrain devient au cours des kilomètres de plus en plus accidenté même si cela reste relativement raisonnable. Nous apercevons quelques maisons sur le bord de la route mais c’est le mot sauvage qui nous vient en tête.

Chez nous, seuls les stations essence sont au moins aussi éloignées les unes des autres…

Après une trentaine de kilomètres on aperçoit de gros nuages noirs s’agglomérer vers le nord. Mauvais signe!Nous continuons tout de même à rouler en essayant de prévoir la direction prise par le nuage. Nous nous arrêtons devant une grosse masse noire pluvieuse. Vu le vent dominant il doit aller vers l’Est. Nous sommes au sud. On doit pouvoir l’éviter!Et heureusement en attendant un bon quart d’heure nous y parvenons. La chance nous sourit !
Une dizaine de kilomètres plus loin nous arrivons à Mazé qui est situé dans une vallée.Le relief s’accentue au loin. Nous entrons dans le petit village extrêmement isolé et roulons jusque dans le centre constitué d’une station service, d’une épicerie et d’une église. L’église est très simple en bois mais représente tout de même le cœur de ce petit village. Après avoir fait nos courses, nous allons au camping qui se révélera être d’un inconfort certain. Au menu: nuées de moustiques et de moucherons suceurs de sang, diner aux chandelles dans les douches et tente sur les cailloux.
Malgré la motivation qui nous reste après une journée de vélo nous ne pouvons pas aller découvrir les alentours. Tout est si grand et le maquis si épais qu’un tour à pieds est exclu… Nous opterons pour la lecture jusqu’en milieu d’après midi.Nous retournons en ville chercher l’apéritif nécessaire pour remonter le moral, mais ici l’épicerie est fermée de 16h à 19h. Après une heure un quart d’attente à voir passer 2 voitures et 3 quads et à profiter des derniers rayons de soleil nous trouvons de quoi égayer notre soirée! Heureusement qu’Alta approche!

Vous connaissez le principe, pour la route, c’est ici.

Cet article a été écrit depuis Alta que nous avons rallié directement depuis Mazé. Plus que 240km avant le Cap que nous pensons faire en 3 jours. Le seul problème est que la météo annonce de la pluie, un bon vent de nord et une température inférieure à 10 degrés pour les 4 prochains jours… Affaire à suivre !

Cet article a été publié dans Finlande, Norvège. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Etapes 48 & 49: Wheel vs Wild!

  1. J-D dit :

    Les moustiques je savais, mais les moucherons suceurs de sang, ça j’aimerais pas.
    D’Alta jusqu’au bout du bout de votre périple il n’y a plus que 240km. Incroyable. Surtout que pour faire ça en 3 jours ça va pas être simple: sur la carte on voit pas beaucoup d’endroits pour passer la nuit… En plus cette route E69, c’est une autoroute. Non? A péage même? Comment vous allez faire?
    D’ici à ce que vous arriviez on devrait être au Brésil, mais on essaiera de trouver une connessao pour lire votre dernier post sous les flots de champagne! Encore bravo!

    • Pour les moucherons le problème est qu’ils arrivaient par centaines. Moins voraces mais plus incontrôlables que les moustiques…
      En fait c’est une autoroute sur la carte mais en vrai cela tient plutôt de la départementale. Donc pas de problème pour les vélos, au contraire !
      Donnez nous aussi des nouvelles du Brésil, on a besoin de chaleur 🙂

  2. Roman dit :

    « Arnaud regarde avec craint le menu du jour. Nous voulions testé la charcuterie à base de renne… Pas très convaincant ! »
    Vous avez pas du prendre la bonne, c’est super bon !!

    • On a pris la 1ère charcuterie qui passait. Difficile de s’y retrouver en finlandais… On essaiera de trouver celle qui vaut le cout avant de rentrer. Par contre le renne dans les plats que nous avons mangé était top !

  3. ANNE MARIE dit :

    Votre périple nous tient terriblement en haleine, pour ces derniers Km à fortiori.
    Rien à voir avec la remontée des Champs-Elysees pour l’arrivée du Tour de France !! C’est tout autre chose…
    Nous vous avions laissés « propres sur vous » début juillet avant nos vacances et vous retrouvons barbes en friche..Vous avez perdu le rasoir au camping ?
    Sinon, les cuissous ont l’air dodus, la bière mousseuse à souhait, et pour la charcuterie…vous nous direz !!!
    On vous bise, on vous aime, on est là !!!

    • Un beau message qui redonnerait la foi à quiconque l’aurait perdu… Mais nous restons bien accrochés 🙂
      Pour la barbe elle attendra le retour en France. Elle donne un coté baroudeur assez drôle. On est indéniablement les rois du camping 😉

  4. Valérie P dit :

    Combien ils vous les ont taxées les 4 cuisses à la douane ? Ça a dû faire un sacré trou dans votre budget !!!! Surtout en couronnes !!! Heureusement que les vêtements cyclistes sont élastiques …. Gare au retour dans les jeans à l’arrivée !!! Allez les garçons, ça sent l’écurie !!! Vous touchez au but …. On peut oublier l’alternative du « pas cap » … Vous êtes bel et bien CAP !!! On bout d’impatience d’un bout à l’autre de la planète : d’Argentine, de Corse, de Berlin, de Royat, d’Orsine, de Romagnat, de Paris, de Marseille, de Beaumont, de Bordeaux, de Montargis, de Val d’Isere… Et j’en oublie bien sûr … On attend LA PHOTO DU CAP NORD !!!!!!!

    • C’est des messages déchainés comme ça qu’il nous faut !!! Heureusement nico est la pour gueuler quand ça flemmardise dans le peloton.
      Plus que 130km et on pourra dire si on est vraiment cap ^^

  5. Georges et Madeleine dit :

    Un immense merci pour la constante qualité de vos mails et de vos photos, et ce malgré des conditions de plus en plus rudimentaires. Tout près du but, la joie de la victoire reste étroitement unie à votre courage en dépit d’un confort précaire, des moustiques, de la faible population autochtone ou étrangère. Bravo aussi pour la prudence qui vous habite lorsque des nuages trop noirs apparaissent à l’horizon ! Très bons derniers Km.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s